Voyages

L’autre pays du vélo

by on sept.06, 2014, under Voyages

Non, je n’ai pas abandonné le blog photos, c’est juste qu’un autre gros projet (et 98 articles de blog) m’a occupé ces 2 dernières années.

Voici donc quelques photos de notre dernière virée européenne : Copenhague. Après avoir visité Amsterdam et passé quelques semaines en Hollande, je croyais avoir tout vu du vélo urbain, c’était me tromper. A peine arrivés à Copenhague, nous sourtons de la station de métro et nous voici sur Torvegade, une des grandes artères de la ville. Comme toutes grande ville, nous avons droit à 2 voies de circulation pour les voitures et de larges (et pas très plats) trottoirs. Seulement, entre ces 2 éléments, une bande de goudrons aussi large qu’une voie pour voiture trône fièrement. En France, ce serait une voie de bus, mais là, c’est la piste cyclable !! Ce qui est top, c’est qu’elle n’est pas là pour des prunes la piste cyclable. C’est plein de vélos ! Beaucoup de monde et vélo classique (mais néanmoins adaptés à une circulation urbaine quotidienne) et aussi des cargobikes. Grosse différence avec la hollande, le biporteur laisse la part belle au triporteur. Forcément, la piste cyclable est si large que 2 triporteurs peuvent circuler de front.Nous avons donc eut droit au catalogue complet des vélos pour enfant avec une grande proportion du Christiania Bike produit dans la ville-libre éponyme.

Comme à Asmterdam, nous avons eut droits à des vélos décorés. Ceux-ci, vus devant le parlement dannois vennaient peut-être pour un mariage ?
J’ai aussi bien aimé les marchands de vélos. Il y en a à (presque) tous les coins de rue. Comble du luxe, chez certains, on a même le choix entre une dizaine de couleurs pour le même vélo.
Fait notable, le code de la route cycliste est très respecté. Plus qu’en Hollande où on s’était fait gronder car on stationnaient sur la piste cyclable, ici, on ne déconne pas avec le code cyclable !! Il y a les signes pour tourner à droite et à gauche, les voies dédiées sur les pistes et même une façon de tourner à gauche très sécurisante. Ce code cycliste est tellement important ici qu’il y a des dépliants pour l’expliquer à l’office du tourisme. La structure Copenhagenize va même jusqu’à faire de grande études de trafic cycliste et de conformisme au code cycliste.
Ici, la piste cyclable est une institution. Nous avons traversé le bras de mer qui traverse la ville par un pont mixte piétons et cyclistes mais attention, chaque moyen de transport a son côté et attention à ne pas se tromper, sinon on a droit à une belle envolée lyrique de la part du premier cycliste venu.
Tant qu’à être dans les ouvrages d’art, le « serpent orange » est la dernière piste cyclable construite dans le nouveau quartier ouest. C’est terrible à descendre ce truc !
Autant dire qu’avec tout ça, faire du vélo à Copenhague, c’est que du bonheur !
Commentaires fermés more...

Bonne année !

by on jan.01, 2012, under Regards, Voyages

Qu’elle vous apporte tout ce que vous souhaitez.

1 Comment more...

Gallerie Horta

by on nov.07, 2011, under Voyages

A Bruxelles, mes pas se sont dirigés vers la galerie Horta. Chef d’oeuvre de Victor Horta, cette bâtisse de 1906 incarne le plus pur style art nouveau. Originellement magasin de tissus en gros, plusieurs commerces s’y sont suivit, puis une longue période d’abandon.

C’est en 1989 que la galerie ré-ouvre et accueille le Centre Belge de la Bande Dessinée. C’est cet hommage à la BD qui m’y a amené.

Dans le hall, le réverbère (d’origine s’il vous plait) éclaire la Deuch offerte par Roba pour le 100ème gag de Cubitus. En haut de l’escalier, un cowboy attend le visiteur. Pour entrer, il faut montrer son ticket plus vite que son ombre.

La visite offre de nombreuses évocations de nos héros à bulles. Belgique (et actualité cinématographique) oblige, une grande partie est réservée à Tintin. Il est aussi atypique de lire les BDs en VO. Les planches présentées sont en anglais, allemand, Wallon, etc…

Petite déception personnelle : Il n’y a rien à propos des auteurs belges Petters & Schuiten. Qui mieux qu’eux a rendu hommage à l’art nouveau dans la bande dessinée ? Après avoir vu les serres royales, je comprend d’où venait l’inspiration du mythique Brussel.

Attention ! Il y  a une deuxième galerie Horta à Bruxelles. C’est un passage commercial de la gare centrale.

Commentaires fermés more...

Orage sur l’Ecaut

by on oct.23, 2011, under Regards, Voyages

Anvers, 10 septembre 2011.

J’étais tranquillement en train de déguster une De Konick sur le GroteMarkt quand j’ai vu le ciel scintiller. Une fois la bière finie, j’ai repris mon vélo pour faire les quelques centaines de mètres qui me séparaient de l’Escaut, et accessoirement faire le tour de la maire. En arrivant au bord du fleuve, un beau spectacle de la nature m’attendait.

Un énorme orage éclatait sur la rive opposée. Dans le coup, pas une goute de pluie n’est tombée sur ma rive. J’ai donc pu m’essayer aux photos d’orage pendant plus de 20 minutes. C’était la première fois que je faisais des photos d’orages. Certe il y a du déchet, mais je suis assez content du résulat ;) .

Commentaires fermés more...

Atomium

by on oct.12, 2011, under Voyages

Il y eut en 1958 une exposition universelle à Bruxelles. Forts de l’expérience de 1897 et 1910, les belges ont fait les choses en grand pour en mettre plein la vue au reste du monde. Une des pièces maitresses de l’évènement était une construction en forme d’atome : l’Atomium.

Cette construction hors du commun a été restaurée il y a quelques années. Je ne sais pas ce qu’il en était au préalable, mais il brille maintenant de mille feux. La visite commence par un ascenseur, mais quel ascenseur ! La guide dispose de quelques dizaines de secondes pour vous souhaiter la bienvenue dans l’ascenseur le plus rapide du monde…. de 1958 ! Il faut dire qu’on s’y croirait, la cabine bouge dans touts les sens pendant la montée. 102 mètres plus haut, la vue est imprenable sur le nord de Bruxelles et ses environs.

Il est quasiment impossible de circuler à l’horizontale dans l’Atomium. Si le plancher des salles sphériques est plat, les bras qui les relient sont inclinés. On y emprunte donc de nombreux escaliers. Pour renforcer l’immersion, les bras de jonction sont éclairés de façon un peu futuriste. L’un d’entre eux ne laisse toutefois pas indifférent. La mise en lumière est digne de Star Treck, mais l’escalator (avec marches en bois s’il vous plait ! ) rappelle que la construction a plus de 60 ans. Cela fait bien longtemps que je ne m’étais pas rattrapé à la rambarde d’un escalier tellement les marches sont instables. J’aurais dû m’en douter, il y avait un panneau en bas de l’escalier qui invitait à tenir la rambarde.

Les mécaniciens apprécieront la complexité de la structure. Un film en boucle raconte a qui veut bien le regarder la lourde entreprise que fut l’élévation de cette structure.

A part ça, l’Atomium est un lieu d’exposition et de réunion. L’expo en place quand j’y était n’était pas top, mais la visite du bâtiment (si on peut l’appeler ainsi) vaut quand même le coup.

Commentaires fermés more...

Des bulles plein les rues

by on oct.10, 2011, under Voyages

A Bruxelles, la Bande Dessinée s’affiche partout, même sur les murs des maisons !

Commentaires fermés more...

Plus vite que son ombre

by on oct.09, 2011, under Voyages

Luke n’a pas été assez rapide ! A l’entrée du saloon du centre Belge de la bande dessinée, j’ai dégainé ma KalashNikon plus vite que lui son six coups (voir sept, suivant les albums). Rassurez-vous, il n’y a aucun blessé à déplorer.

Commentaires fermés more...